qui sort de la jungle trouve les crocodiles

Appartement privé, Paris
Avril 2010
Exposition collective avec Gregory Buchert, Damien Guggenheim, Tami Ichino, Thomas Maisonnasse, Claudia Olendrowicz, Eric Winarto
Commissariat avec le collectif du dimanche

Si elle existe de manière bien réelle et identifiée sur différentes régions de la planète, la jungle occupe également une place de choix dans notre imaginaire, dans notre langage aussi bien que dans notre quotidien. L’image que nous en ont transmises nombre de productions culturelles (films, gravure, peinture…) est celle d’une nature luxuriante, exubérante, envahissante, excessive et parfois dangereuse, mais avant tout libre ; un état de nature idéalisé et somme toute utopique – peu importe le lieu : Amazonie ou jardin d’Eden.

Evoquer la jungle dans un petit appartement parisien peut paraître incongru ; pourtant, l’espace parasité par les meubles, les objets du quotidien et les plantes qui s’y déploient, donnent à ce lieu une atmosphère d’intimité et de proximité, et créent un microclimat qui tisse des liens entre les œuvres exposées. Réunir ces œuvres sous la bannière d’une jungle qui n’a pour leurs auteurs rien de paradigmatique – mais qu’ils évoquent peu ou prou, frôlent, contournent ou détournent – permet de leur donner un éclairage particulier, une saveur d’aventure, d’exotisme et de danger.



'who gets out of the jungle finds crocodiles'

While the jungle exists in a real way in real places all around the Earth, it also occupies a prominent place in our imagination, and in our language as well as in our daily lives. The image of jungle relayed by a number of cultural productions (films, engravings, paintings...) is the one of a lush nature, exuberant, pervasive, excessive and sometimes dangerous, but above all free, an idealized and somehow utopian state of nature - no matter the place: Amazonia or Garden of Eden.

Invite the jungle to a small Parisian apartment may seem incongruous; however the interferences caused in the space by furniture, everyday objects and plants give to this place an atmosphere of intimacy and closeness, and create a microclimate that creates links between the exhibited works. Gathering these works around the “jungle idea” – which is not a real theme for the artists, but that they evoke more or less, approach, bypass or divert – give them a special perspective, suggest flavours of adventure, exoticism and danger.

http://isalinevuille.com/files/gimgs/th-20_jungle1.jpg
http://isalinevuille.com/files/gimgs/th-20_qui_sort_de_la_jungle-2010IV18-03.jpg
http://isalinevuille.com/files/gimgs/th-20_jungle5.jpg
http://isalinevuille.com/files/gimgs/th-20_qui_sort_de_la_jungle-2010IV18-05.jpg
http://isalinevuille.com/files/gimgs/th-20_qui_sort_de_la_jungle-2010IV18-06.jpg
http://isalinevuille.com/files/gimgs/th-20_qui_sort_de_la_jungle-2010IV18-09.jpg
http://isalinevuille.com/files/gimgs/th-20_qui_sort_de_la_jungle-2010IV18-11.jpg
http://isalinevuille.com/files/gimgs/th-20_qui_sort_de_la_jungle-2010IV18-13.jpg
http://isalinevuille.com/files/gimgs/th-20_qui_sort_de_la_jungle-2010IV18-19.jpg